2007-08-29

Reconnaissance des diplômes

Etudier en Tunisie et obtenir un diplôme reconnu en Europe et en Italie ainsi qu’en Tunisie est, désormais, une réalité : accord signé le 24 août à Tunis par le recteur de l’Université télématique internationale Uninettuno, Maria Amata Garito, et le recteur de l’Université virtuelle de Tunis, M. Houcine Chebli.
Les universités tunisiennes traditionnelles coordonnées par l’Université virtuelle de Tunis et Uninettuno partageront plans d’études, enseignants et méthodes d’enseignement qui permettront la reconnaissance mutuelle des diplômes. Les étudiants couronneront leurs études par un diplôme reconnu en Italie et en Europe qui leur ouvrira les portes du marché du travail mondial.
La Tunisie est l’un des 11 pays partenaires du projet Med Net’U, coordonné par le consortium Nettuno, où les professeurs de 31 universités et institutions de formation professionnelle de la Méditerranée ont créé les contenus des cours universitaires à distance et de la formation professionnelle.
«Grâce à l’Université télématique internationale Uninettuno, a indiqué Mme Maria Amata Garito, les universités des différents pays sont en train de mettre en œuvre un ensemble de réseaux de connaissance communs. Outre la mobilité physique, par les nouvelles technologies, on assiste la mobilité des idées, on dépasse les frontières, on internationalise la culture et la connaissance. Les universités bougent à ciel ouvert, sans frontières, déterminent de nouveaux équilibres entre unité et diversité, l’unité des valeurs et des traditions que la mémoire nous confie et la diversité des cultures et des langues qui diffusent de nouvelles connaissances et créent des valeurs nouvelles».
Pour résumer ces nouveaux concepts, Mme Garito assure qu’il s’agit "d’une opération culturelle qui permet la démocratisation de la connaissance et ouvre les portes du dialogue entre les nouvelles générations européennes et du monde arabe».

2007-08-09

2007-08-03

Finance Tunisie : Hit the Jackpot !

Emission obligataire sur le marché Samouraï
Dans le cadre de la couverture des besoins en ressources extérieures sur le marché international de capitaux au titre du budget 2007, la Banque centrale de Tunisie a finalisé le 1er août pour le compte du Trésor une émission obligataire sur le marché domestique japonais Samouraï pour un montant de 30 milliards de yens (soit environ 320 millions de dinars) échéant le 9 août 2027.
Assortie d’un coupon de 3,28% l’an, l’émission a eu un accueil favorable, comme en témoigne la participation de plusieurs investisseurs internationaux de qualité couvrant les fonds de pension, les compagnies d’assurance, les banques spécialisées, les fonds d’investissement, ainsi que divers investisseurs. La marge de 75 points de base obtenue dans des conditions de marché devenues brusquement difficiles est la marge la plus faible jamais réalisée par la Tunisie. Il s’agit, de surcroît, de la première fois où cette marge descend au-dessous de 100 points de base et, à titre de rappel, la dernière émission en euros de 2005 pour une maturité de 15 ans était de 107 points de base. L’émission en yens de 1997, de maturité similaire à cette nouvelle émission (20 ans), a été contractée à une marge de 118 points de base, la baisse de 43 pb de marge reflète l’appréciation de plus en plus favorable du risque tunisien par les investisseurs.
Cette émission représente également une nouvelle performance de la Tunisie sur le marché international des capitaux en termes de maturité. En effet, la Tunisie a réussi à émettre sur une maturité aussi longue (20 ans), rarement obtenue par d’autres émetteurs similaires de l’avis des analystes, surtout que le marché connaît depuis la fin de la semaine dernière un changement important qui s’est traduit par une forte baisse de tous ses compartiments et par un élargissement des marges de crédit, allant jusqu’à rendre difficile la finalisation de certaines émissions en cours. Cette émission a permis également d’élargir la base d’investisseurs et d’avoir de nouvelles références pour le crédit tunisien.
De l’avis des banques mandatées (Nikko Citigroup et Daiwa Securities SMBC), des investisseurs et de la communauté financière internationale, les conditions financières obtenues par la Tunisie traduisent la crédibilité croissante et la confiance dans les performances et les perspectives d’évolution positive de l’économie tunisienne, sa persévérance dans les réformes, ainsi que sa stabilité politique et sociale.
La délégation tunisienne a pu apprécier au cours des entretiens qu’elle a eus avec plusieurs investisseurs à Singapour, Hong Kong et, surtout, à Tokyo (Roadshow) leurs réactions positives vis-à-vis du risque de crédit tunisien à travers les commentaires et les questions sur les différents aspects de la politique économique et financière de la Tunisie.